101… ร้อยเอ็ด Roi Et

101, cent un, vous avez dit cent un ? Vous allez pouvoir me dire, peut-être, « mais quel drôle de titre ! ».
Cela n’a strictement rien à voir avec le titre d’un film d’une grosse production hollywoodienne, style 300 ou encore bien d’autres titres déjà connus, mais cela est la traduction littérale de « Roi-Et » ! D’ailleurs, si dans le langage thaï on voulait le dire correctement, ne devrait-on pas dire… « Roï-Neung » ? OK OK, cela est donc un effet de style, si l’on dit : « yissip ette »(21) etcétéra…pour chaque dizaine, après les chiffres 100, 1000 etcétéra, on ne doit plus prononcer cette irrégularité de langage qu’est le « ET ».

Alors tout ce blabla pour vous dire quoi ?

Juste pour vous parler d’un temple, un grand temple, un des plus grands de Thaïlande qui se niche dans le nord-est de la province de Roi-Et. Ah ah ! Nous y voilà…

Cette province de l’ISAN, où sied le village de Ban Pangkhan (« mon mien »), fait partie des 20 provinces constituant cette grande partie rurale du nord-est du pays du sourire ! La province de Roi-Et est centrale, à la croisée des rives du Mèkhong et de la frontière nord du pays Khmer, Le Cambodge. En fait, un endroit, vous l’aurez constaté, si vous me lisez régulièrement, où la préoccupation principale est le riz et encore le riz…
Pas vraiment de site touristique, pas vraiment de « spot » pour photographe en herbe, mais un intérêt tout relatif lié aux gens qui l’habitent, à ses traditions, ses manies mais que l’on peut retrouver aussi dans les provinces voisines de l’ISAN. Les autorités touristiques ont donc pris les choses en main et tentent de donner de l’intérêt aux lieux oubliés, loin des déferlements touristiques vers Bangkok, Chiang maï ou les iles paradisiaques.

Mais ne serait-ce pas cela, l’intérêt ?

Lorsqu’il n y a rien à voir, n’est-ce pas justement là que l’on voit tout, découvre tout, même l’invisible !

Enfin, quoi qu’il en soit, la province de Roi-Et se nomme ainsi car sa capitale, son chef-lieu si l’on préfère, est son homonyme !

Elle s’appelle comme telle car au temps des royaumes Khmer et Thaï d’Ayyutaya au treizième siècle, elle était la ville frontière entre ces deux royaumes et était constituée de onze portes d’entrée (ou de sortie, tout dépend dans quel sens on se trouve, non?(« c’est vous qui voyez »)). Donc onze portes (onze villes satellitaires l’entouraient), et « logiquement », on l’a appelé cent un ! Mince alors, quelle logique ! Encore une histoire de chiffres, mais là, intervient un certain orgueil, une exagération, 11 devient alors 101 ! Eh oui, c’est ainsi et alors ? Lorsque je vous dirais, de surcroit, que Roi-Et s’appelait auparavant Sakhon Saket alors…Rien, Oh non rien à voir, enfin juste une histoire de suprématie entre les thaïs et les lao, anciens « propriétaires des lieux »… etcétéra…etcétéra…On devrait alors disserter dans les petites histoires de La grande Histoire mais cela, je le laisse aux spécialistes…

Revenons-en à nos moutons et parlons de ce temple Wat Phra Mahathat chedi chaimengkhol….Plus connu sous le nom de Wat Phra Nam Yoi( plus facile à retenir, non?), voire même …ISAN BUDDHIST PARK (encore plus simple) !

Construit sur une colline, il abrite dans sa montée et tout autour de sa base un jardin, enfin une jungle botanique, alors si l’envie vous vient de transpercer cette foret pour admirer de nombreuses essences de l’ISAN, prévoyez votre anti-moustique, anti-fourmi…

Mais un temple est tout d’abord un lieu dédié au Bouddha, du moins en Thaïlande. Un temple est aussi en Thaïlande, mis à part un lieu de pèlerinage, un « spot touristique » et la province n’ayant pas vraiment d’attraits touristiques, on a mis le paquet pour que la foule afflue vers ce temple.

Au tout début, ce n’était qu’un « simple temple » abritant une relique du Bouddha ; Ah ! Tout de même ! Alors tout autour de ce « bout de Bouddha » on décida de construire un temple gigantesque ! 101 mètres de circonférence, flèche de 101 mètres, 8 portes (eh eh! la janatha), 101 représentations du Bouddha (j’en ai d’ailleurs compté beaucoup plus, mais je me suis peut-être emmêler les pinceaux, enfin de toute manière, ne vaut-il pas en avoir plus que pas assez? Nous ne sommes pas à un Bouddha près ?)…

La première fois, il y a douze ans, je le visitais et je ne voyais pas vraiment où ils voulaient en venir. Construction mégalo-gigantesque, surement ! Aujourd’hui on y est, même si le gigantisme fait que l’on doit refaire perpétuellement les constructions passées et déjà obsolètes !

A part cela vous y verrez des jardins tirés au cordeau, une vue magnifique sur la région environnante et le défilé des écoles et des pèlerins ne sont-ils pas un spectacle permanent ?

Alors un petit tour au Wat Phra Mahathat Chédi Mongkhol, Wat Phra Nam Yoï, Isan Buddhist Park ?

Bonne visite et Bienvenus dans la province de Roi-Et !

D’autres endroits répertoriés comme « lieu majeur touristique » sont à oublier (oh que oui!), mais celui-ci en vaut le détour !

Sur la route de Mukdahan,

un arrêt conseillé, certifié ISO JeffdePangkhan !

Paille Kheundheu…

Article écrit par Jeff de Pangkhan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *