En route vers la côte de la Vanille de Madagascar

La côte de la Vanille vaut bien le détour le temps d’un voyage au nord-est de Madagascar. Cette région est pratiquement l’une des plus préservées de la Grande île. En plus de ses impressionnantes plantations de vanille, son écosystème est aussi incroyable. En effet, cet endroit abrite une faune et une flore très variées dont certaines espèces sont endémiques comme les lémuriens sifaka soyeux ou la Takhtajania Perrieri, l’arbre des dinosaures. La côte de la Vanille regroupe essentiellement quatre régions emblématiques, à savoir Sambava, Vohémar, Antalaha et Andapa. Elle peut être un véritable lieu de prédilection pour les amateurs de trek, en particulier dans la péninsule de Masoala, reconnue pour sa forêt pluviale. Ici, la lumière du soleil n’atteint presque jamais le sol en raison du climat. Aux environs, il n’y a pas de village ni de route, juste une biodiversité d’exception qui ne se découvre qu’en randonnée à pied. Durant ce voyage en pleine jungle, les passionnés de la nature auront le privilège d’observer des caméléons de toute taille, d’espèces de lémuriens, sans oublier la fameuse grenouille-tomate.

L’immanquable Parc national de Marojejy

Ce séjour dans la région SAVA de Madagascar emmène les touristes à la découverte d’une réserve naturelle reconnue mondialement, le Parc national de Marojejy. Inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité, celui-ci fait partie intégrante du circuit côte de la Vanille. La particularité de ce parc réside par sa biodiversité qui est composée de près de 80% d’espèces endémiques de faune et flore. Au total, il compte 118 espèces d’oiseaux, 148 espèces de reptiles et d’amphibiens et 11 espèces de lémuriens, dont le sifaka soyeux. Ce dernier fait partie des primates les plus menacés au monde selon l’UICN. Quant à l’oiseau « Eurycère de Prévost », celui-ci constitue également une autre figure emblématique du parc. Lors de la visite de cet endroit verdoyant, trois campements se trouvent à la disposition des visiteurs. Ils sont placés à des altitudes différentes. En détail, il y a le camp Mantella, niché à 450 m d’altitude, ensuite le camp Marojejia à 775 m d’altitude et enfin, le camp Simpona à 1 250 m au cœur de la jungle et des plus hautes montagnes.

Une végétation luxuriante à couper le souffle

Le Parc national de Marojejy intéresse spécialement les scientifiques et les écotouristes en raison de sa riche biodiversité. Avec sa végétation incluant plus de 2 000 espèces de plantes à fleurs, cette réserve est un paradis pour les botanistes et les amoureux de la nature. Ces personnes peuvent trouver dans ce milieu naturel des rares variétés de bois de rose et palissandre. Concernant ce dernier, Marojejy en dispose trois espèces dont deux sont classées en tant qu’espèces vulnérables sur la liste rouge de l’UICN. Ils sont connus sous les noms de Dalbergia madagascariensis et Dalbergia baronii. Au cours de cette découverte de la côte de la vanille, les voyageurs peuvent aussi admirer les différentes fougères réparties à chaque niveau de l’altitude.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *