Par Felipe Villa de la Torre, Traduit par Gwendoline Desmedt,

1Le visiteur vient à Jérusalem en sachant qu’il n’y a pas, sur la surface de la terre, une ville plus contestée que celle-ci. Construite, assiégée, á moitié détruite et tourné vers son histoire, le visiteur sait qu’il trouvera des lieux et des temples sacrés pour les 3 religions monothéistes les plus importantes : le judaïsme, le christianisme et l’islam. En fait, Jérusalem est une Ville Sainte pour les trois religions, c’est un détail qui rend le lieu unique à travers le monde.

Peut-être que ce qui surprend le plus le visiteur c’est en grande partie la richesse historique, condensée et située dans la vieille ville, un endroit d’à peu près 1 km2 qui est divisé en 4 zones bien délimitées : le quartier arménien, le quartier musulman, le quartier juif et le quartier chrétien. Ils sont identifiés selon l’apparence religieuse de la plupart de leurs habitants.

La première chose qui frappe le visiteur à son entrée dans la ville est la grande muraille qui l’entoure, construite sous l’ordre du sultan Soliman le Magnifique entre 1537 et 1541, et qui mesure 4 km de long et où 34 tours de surveillances y sont réparties.

Les visiteurs de la vieille ville pourront admirer un endroit où réside un peu plus de 35 mille personnes – à l’époque du Christ il y avait entre 20 et 30 mille habitants- a déclaré le site du Patrimoine mondial en 1981, et un an plus tard, a été inscrite sur le site du Patrimoine mondial, en danger. Si le visiteur est intéressé par l’histoire, vous apprendrez que la vieille ville a été construite à l’origine par le Roi David en 1004 avant J.-C., et depuis, Jérusalem est considéré comme le centre du monde. Le visiteur ne doit également pas oublier, que dans les anciennes cartes, la ville a été marquée comme étant le nombril du monde, le centre de tout.

Le quartier Chrétien

2Le visiteur qui passe par le quartier Chrétien de la vieille ville, trouvera l’église du Saint-Sépulcre, acceptée par de nombreux historiens comme la tombe de Jésus, le lieu où il a été crucifié, enterré et ressuscité, ce qui rend l’endroit plus saint du christianisme et où des millions de pèlerins affluent chaque année. Vous marcherez jusqu’à la « Via Dolorossa », le chemin où Jésus a marché en portant la croix. Si c’est vendredi, les visiteurs pourront voir les centaines de processions des croyants faite sur cette rue, et s’arrêter à chacune des 14 stations qui rappelle la voie du Christ, du « Messie ».

 

Le quartier Musulman

3À quelques mètres de là, les visiteurs pourront accéder au quartier musulman, le plus grand des quatre où vous trouverez le Mont du Temple, le lieu le plus sacré pour le Judaïsme, la Bible, et se trouve au point su sacrifice d’Isaac. Pour les musulmans, le Mont du Temple est le troisième lieu le plus important dans la religion. Voici deux temples parmi les plus importants : le Dôme du Rocher, le lieu exact où, selon la tradition Mahomet est monté aux cieux accompagné par l’Ange Gabriel, et la Mosquée Al-Aqsa, la plus grande de Jérusalem, qui peut accueillir 5 000 personnes á l’intérieur. Ces deux temples ont été construits au cours du VIIe siècle.

Le quartier Arménien

4Une fois entré dans le quartier Arménien, dans le sud-ouest de la ville, le visiteur apprend que c’est le plus petit des quatre quartiers. Les Arméniens se sont installés ici au IVe siècle pour des raisons religieuses : Le temple le plus important, ici, est la cathédrale de St. Santiago, qui a été construite au XIIe siècle sur les ruines d’une ancienne église byzantine. Dans cette cathédrale se trouvent les restes de Saint Jacques, le mineur et la tête de l’apôtre Jacques, le majeur. Le reste du corps repose dans la cathédrale de Saint Jacques de Compostelle. Ne sont pas rares les visiteurs qui prétendent que ce temple est l’un des plus beaux de tout Jérusalem. C’est un endroit qui a survécu á l’époque des Croisades et qui est presque intacte. En y entrant le visiteur s’aperçoit qu’il n’y a pas d’électricité et que toute source de lumière provient des fenêtres, des lampes á huile et des bougies. De plus, lorsque les jours sont nuageux, les vestiges de la cathédrale sont masqués par une sombre lueur.

Le quartier Juif

5Le visiteur pourra terminer son périple dans le quartier Juif. Il sait alors que Jérusalem est la ville sainte et est un noyau spirituel depuis que le roi David l’a choisi, dans le dixième siècle avant J.-C., comme le site du temple. Le visiteur prendra également que les croyants musulmans prient face à la Mecque alors que les Juifs du monde entier le font en direction de Jérusalem. La ville apparait dans les 669 passages du Tanakh (Bible en Hébreu) et est mentionnée 154 fois dans le Bible Chrétienne. Le quartier Juif contient des sites archéologiques de grands intérêts. Par exemple, s’y trouve la maison Quemada, un bâtiment qui sert de témoin de l’incendie et de la destruction de la ville par les Romains en 70 après Jésus-Christ. Le Cardo reste bien conservé, ce fût pendant des siècles la principale avenue de la ville, qui permet de traverser Jérusalem du nord au sud. La Synagogue Hurva est l’une des plus importantes dans le monde Juif.

Le visiteur quitte Jérusalem reconnaissant que les différences des religions ont apportées la guerre à tous les coins de la planète. Cachés derrière la vérité de leurs dogmes, les chrétiens, les musulmans et les juifs ont été plus ou moins impliques dans de nombreux conflits, des meurtres et des croisades. Cependant, les rues labyrinthiques de la vieille ville de Jérusalem présente dans son km2 ces trois religions qui convergent d’une manière spirituelle et c’est la preuve vivante que la coexistence est possible au-delà des préjugés.

RAPPEL

Le mur des lamentations

6Quand Rome a détruit le second temple, en l’an 70, seule une paroi extérieure est restée debout. Les Romains auraient probablement détruit le reste, mais peut-être que cette partie était insignifiante. Pour les Juifs, cependant, ce reste, qui était autrefois le plus sacré de l’édifice monde Juif est devenu aujourd’hui le lieu le plus sacré. Tout au long des siècles, les Juifs du monde entier ont voyagé en Palestine et se sont naturellement dirigés vers la Kotel ah-Ma’aravi (Mur Occidental) pour remercier Dieu. Les prières offertes en ce lieu se doivent d’être très sincères parce que les non juifs ont commencés à appeler cet endroit comme le mur des lamentations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *