Grand Nord de Madagascar

Le Grand Nord de Madagascar, est un secteur qui, propose de nombreuses activités (kitesurf, plongées, randonnées,…) ainsi que de nombreux sites touristiques, aussi bien côté mer que montagne, avec notamment ;

-les parcs nationaux tels que :

      Ankarana 18 220ha : formation rocheuse corallienne surmontée de Tsingy acéré et parcourue de grottes et rivières souterraines. La réserve de l’Ankarana est née sous la mer, il y a cent cinquante Millions d’années, avant d’émerger aux grès tectoniques et des changements climatiques.

Des espèces uniques au monde y ont évolué, adaptés selon le cas,à la sécheresse ou à l’obscurité. De nombreuses cavités ont un caractère sacré, car elles renferment les sépultures royales des ‘Antankaranas’

      la montagne d’Ambre culmine à 1475m, site d’intérêt botanique majeur ;

ce Massif volcanique recouvert d’une forêt luxuriante tropicale, offre un climat du type tropical humide et abrite une faune et une flore foisonnante qui sont typiques des forêts humides de Madagascar ( il est possible d’y voir le plus petit caméléon au monde)

Pour y accéder il faut passer par Joffreville (Ambohitra), ancienne villégiature de l’armée française on y retrouve des traces de l’architecture et les cultures des colons Réunionnais qui y ont séjourné  durant de nombreuses années. Depuis l’avenue des Champs Élysée, un point de vue sur la baie de Diégo-Suarez, vous attend.

-les parcs locaux tels que :

      mer Emeraude, un site d’une beauté presque surnaturelle. La faible profondeur d’eau conjuguée à un fond sablonneux donne une teinte turquoise à cette petite mer intérieure bordée de plages de sable blanc très peu fréquentées

 

      montagne des Français (magnifique panorama de baie de Diégo),

Durant cette ascension qui ne présente pas de difficulté majeure, vous découvrirez la flore tropicale sèche, les baobabs endémiques,…

Au sommet, vous passerez par le camp disciplinaire, les mines du fort de la légion étrangère Française et ses tunnels, pour ensuite accéder, à une vue imprenable sur la baie dans son intégralité avec ses 156 km de côtes.

 

      Tsingy rouge (unique en son genre avec des marnes de calcaire et de grès de formes hérissés aux couleurs brun,crème, ocre) on pourrait presque croire, voir le sol de Roland-Garros.

Constitués de grès, de marne et de calcaire, juste aux pieds des canyons érodés, au sein de l’unique bassin sédimentaire de Madagascar et d’une végétation hétéroclite, leur équilibre est fragile. Spectacle grandiose de la nature .

 

      lac d’Anivorano (Antanavo) et sa légende du lac sacré des crocodiles

Occupant le fond d’un cratère de volcan, le Lac Sacré est l’hôte de nombreuses légendes et de nombreux… crocodiles !

-les sites très appréciés tels que :

        les 3 baies (randonnée sur un sentier le long de l’océan Indien), La balade le long des baies est sensationnelle : côtes sauvages, plages de sable blanc et fin, bordées de palissandres, de baobabs, de flamboyants, vous y trouverez: de splendides lieux de baignades, sites de kitesurf, des récifs coralliens et des fonds sous-marins dans des eaux changeantes qui vont du vert émeraude au bleu turquoise, des panoramas permettant de découvrir toute la richesse de la faune et de la flore de ces trois baies.

Ce sont des endroits sublimes et magnifiques pour se relaxer, un petit paradis à découvrir absolument.

      Ramena : village de pêcheurs, mais pas seulement, sa grande plage de 3km sable blanc, en fait un endroit fétiche pour les Antsiranais et les « vahiny » surtout le dimanche.

-ainsi que ceux moins fréquenter (circuits), hors tours opérateurs, à couper le souffle pour leurs beautés :

      Ampasindava (canal Mozambique avec la réserve marine Nosy Hara),

Une piste de 25km nouvellement refaite en 2015 vous mènera à travers des villages de cultivateurs travaillant les rizières avec les zébus (la vallée d’Anamakia grenier à riz de Diégo), puis vous longerez les salines , ensuite vous traverserez quelques villages, ainsi qu’un plateau offrant de superbes couleurs et points de vue sur les plages de la côte ouest de Madagascar et ses îlots de Nosy Hara. Le village de pêcheurs d’Ampasindava, refuse de se développer au tourisme de masse afin de préserver: sa plage de sable fin blanc, ses coraux et sa sérénité.

      Abakao (circuit plage paradisiaque du bout du monde)

Découverte de la vie en brousse dépaysante et relaxante, aux couleurs de la terre rouge, avec une faune et une flore couleur savane, jusqu’à la plage paradisiaque d’Abakao, au sable blanc avec une mer transparente de l’océan Indien, un vrai décor de carte postale.

      Baie de Rigny et île aux Baobabs (circuit)

loin de l’agitation de la ville, circuit combinant brousse et mer, village d’agriculteurs ou pêcheurs ainsi qu’artisanal naval (boutres jusqu’à 40m, bateau bois).

La piste évolue tantôt en savane, puis en bord de mer, tantôt sèche, tantôt verte de mangrove avec ses palétuviers. Départ d’Ambolozikely en pirogue vers l’ile aux Baobabs pour une randonnée à travers la brousse jusqu’à la plage des tortues.

      Diégo-Suarez (Antsiranana), est la plus grande ville du nord de l’île et le 2ième port maritime de Madagascar, on y retrouve des maisons coloniales, ainsi que quelques monuments. Les conditions climatiques y sont agréables grâce au Varatraza (vent du Sud Est) qui rafraîchit la ville et permet les activités comme le kitesurf pendant environ 8 mois l’année, la population est souriante, et accueillante, et bouge le jour comme la nuit.

La baie de Diégo-Suarez et son pain de sucre, est la 2ième plus grande au monde, après Rio, et compte 156km de côtes, la ville est située au sud de la baie.

A visiter :

le vieux centre : succession de vieilles maisons coloniales aux façades délavées et délabrées, donnant l’impression d’un musée ouvert à tous sur une époque révolue.

rue Colbert : artère principale qui rassemble de belles résidences de l’époque, avec leurs comptoirs à colonnades pastel et leurs vérandas. Aujourd’hui elle reste la principale rue commerçante.

rue Richelieu : à l’époque coloniale, les colons se retrouvaient autour de l’ancien kiosque pour écouter de la musique les soirs de fête, avec, à côté l’ancien Palace de ville, et l’hôtel de la Marine, ces 2 établissements sont aujourd’hui entièrement délabrés. Il n’en reste pas moins un lieu de rendez vous pour les amoureux, avec ses palmiers et ses bancs, offrant une belle vue sur la mer aux magnifiques couleurs en fin d’après-midi.

place de la statue de l’amiral Joffre : offre une vue sur le port de la baie de Diégo-Suarez, il est possible d’y descendre par de petits escaliers.

Le soir la ville est animée aussi bien par ses restaurants, ses bars et discothèques.

On retrouve un large choix d’hébergement en fonction des bourses et attentes.

Les opérateurs touristiques sont nombreux et permettent de faire une sélection en fonction de son budget. Certains circuits se font automatiquement en 4×4, d’autres peuvent être faits en 4l, les déplacements en ville pendant longtemps se faisaient aussi en taxi 4l, « d’où son surnom la ville de la 4l », aujourd’hui ils sont en majorité remplacée par les touc-touc.

Comment venir à Diégo-Suarez ?

par l’aéroport national d’Arrachart via Antananarivo, la Réunion, Mayotte, ou en Taxi brousse.

Bifaco

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *