Street art à Paris : 3 astuces pour découvrir les merveilles de la capitale

Paris, la ville des lumières mondialement réputée pour la culture et les arts classiques, est aussi une ville importante de la culture underground et de l’art urbain. Pour optimiser votre découverte des meilleurs spots parisiens du street art, et vous délecter les yeux ainsi que les neurones à travers les plus intéressante œuvres de la capitale, voici quelques astuces qui vous permettront de bien profiter de votre circuit. Et en trottinette électrique, s’il vous plait !

Ouvrez bien les yeux : le street art est partout

Paris est une véritable exposition urbaine de peinture issue de la culture hip-hop, installée dans la capitale depuis les années 80. De la poésie, de la malice, de la critique, de la politique, de l’amour, de la tendresse, de la paix, de la rage de la haine, de la guerre, vous allez tout voir dans cette forme dynamique mais éphémère d’art contemporain.

Plusieurs quartiers parisiens comme Oberkampf, Ménilmontant, ou Belleville offrent une production artistique ouverte au public et gratuite qui s’inscrit directement dans la scène street art internationale. À la différence d’un musée, la rue offre cet univers accessible et non aseptisé de l’art. Tellement accessible que vous pouvez rencontrer des artistes en pleine création dans une rue.

Les incontournables

Le 13e arrondissement est un Spot important du street art parisien. Des artistes de renommée internationale et notamment américains comme ShepardFairey ou irlandais comme Conor Harrington y ont créé plusieurs magnifiques œuvres. Une plaque tournante du street art parisien.

Enfourchez votre trottinette électrique, direction les quartiers de l’Est de Paris comme Oberkampf, Ménilmontant, et Belleville, endroits mythiques du street art parisien grâce notamment au travail associatif qui y invite régulièrement des artistes de renommée à peindre sur les murs, piliers, et façades. Le quartier de Belleville, regorge d’œuvres splendides allant des fresques aux tags, en passant par nombreux graffitis. C’est une ruche culturelle devenue un lieu de rencontre pour les artistes du monde entier.

Le quartier de la Villette et le centre-ville de Paris

Au niveau de la Rue de l’Ourcq sur des murs en arc-en-ciel, vous serez ébloui par la beauté des fresques peintes par des collectifs de groupes d’artistes. Garez votre trottinette électrique en face de ces œuvres, vous ressentirez toute l’énergie et l’inintelligence collectives et artistiques qui s’y dégagent. Cinq minutes plus loin à trottinette électrique, vous découvrirez la plus longue fresque collective de Paris qui date de 2015, dédiée à l’amour et la paix et qui mesure 493 mètres.

Au centre-ville de Paris en se déplaçant du quartier des Halles à la maison Gainsbourg, des artistes ont bien exprimé leur hip-hop. Une œuvre en particulier est à voir, celle de Jef Aérosol travaillée au pochoir sur 350 m2 : le mystérieux visage de l’ homme qui invite à se taire. Au niveau de la maison du célèbre chanteur Français Serge Gainsbourg, vous allez admirer les nombreux graffitis, en hommage à l’artiste.

Il faut toujours garder à l’esprit que la dimension éphémère du street art , prend sa source dans le graffiti qui est né et s’est propagé en marge de la légalité. Dès les années 60, grâce aux pochoirs d’Ernest Pignon-Ernest le street art s’est développé en France et s’est popularisé pour faire de Paris aujourd’hui une ville de street art.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *