Les cinq questions que les gens me (se) posent le plus souvent concernant la plongée

En cette période creuse pour moi au niveau plongée, je profite de cette accalmie pour revenir avec vous sur les cinq questions que les gens me posent le plus souvent depuis qu’ils savent que je pratique régulièrement cette discipline…

Comme tous ceux qui me connaissent le savent, je ne suis pas une « experte » en la matière. Je ne me considère plus comme une débutante, mais suis très consciente d’être bien moins expérimentée que d’autres.

Pour autant je me sens encore proche des débutants, (en ce sens que je me souviens très précisément des sensations de mes débuts pas si lointains), et à la fois, je me sens désormais à même de leur prodiguer quelques conseils et de répondre à ces questions, pour dépasser certaines appréhensions légitimes, mais qui passent avec une pratique régulière.

C’était d’ailleurs tout l’objet premier de la création de mon site (dansnosbulles.com), il y a environ deux ans environ…

Mais revenons sur ces questions…

 

Qu’est ce qui t’a amenée à la plongée, et te pousse à continuer?

Ce sont les voyages qui m’ont amenée à la plongée.

Oui c’est lors d’un voyage en Thaïlande que par un baptême, que je redoutais pourtant beaucoup, je suis tombée amoureuse de cette extraordinaire (au sens littéral du terme) activité.

Lors de mon premier baptême, mon chemin a croisé celui d’une sublime et majestueuse tortue, qui m’a fascinée, et j’ai entrevu les merveilles que pouvait nous offrir cet environnement pourtant si peu naturel pour nous.

Lors de mon second baptême, c’est un énorme napoléon qui « m’a pris dans ses filets » (si si!), une rencontre magique qui m’a définitivement conquise…

Il n’en fallait pas plus pour moi (qui ai toujours été attirée par la mer) pour entamer une formation. Une fois passés le stress et l’étape où l’on se rend compte que l’on peut respirer normalement, on « rentre dans l’aquarium », on éprouve une sensation de liberté, on est confronté à l’immensité. L’impression très agréable de se déplacer en trois dimensions, de flotter, de n’être plus tout à fait soi- même.

La formation m’a à la fois fait flipper (c’est ce qui arrive à ceux qui réfléchissent trop!) et m’a en même temps rassurée et donné les bons gestes pour continuer.

Et ce sont (encore) les voyages qui m’ont poussée à poursuivre la formation et à continuer à pratiquer, car j’imagine difficilement un voyage aujourd’hui, surtout dans des pays chauds, sans prévoir d’explorer ce qui s’y cache sous la surface. Un cercle vertueux!

Imaginez que les 2/3 du paysage sont immergés! Pourquoi se priver de cette découverte et de ces explorations?

 

Peut-on plonger quand on a peur de l’eau ou que l’on est claustrophobe?

Oui, absolument. J’ai d’ailleurs plusieurs connaissances dans mon entourage qui ont ce profil. Il faut en parler avec le club choisi, le faire si possible avec des moniteurs spécialisés, commencer dans un environnement le plus sécurisant possible, en piscine par exemple, ou en partant du bord.

Dans les clubs associatifs cela se fait beaucoup avec des personnes qui, soit veulent surmonter leur appréhension, soit ont un conjoint plongeur. Et dans presque 100 % des cas, les instructeurs arrivent à les aider à passer outre leur peur initiale. Cela prend juste un peu plus de temps qu’une formation standard.

Pour la claustrophobie, je vous renvoie à mon article sur le sujet. Un article à part entière y est consacré, tant il y a de personnes qui confondent anxiété et véritable claustrophobie…

 

La plongée est- elle un sport ou un loisir?

Les deux mon capitaine!

Cela dépend de la manière dont on la pratique.

En passant ses niveaux cela ressemble davantage à un sport, croyez- moi! Cela demande des compétences, des efforts. C’est physique.

En croisière aussi (avec 3 ou 4 plongées par jour)…

Mais, même en simple exploration, il s’agit bien d’un loisir sportif. Entre la manipulation de l’équipement avant/ aprés, et l’énergie (en calories) que 50 minutes de plongée consomme (personnellement je consomme en moyenne prés de 400 calories pour 50 minutes en eau à température moyenne aussi, soit autant qu’en footing quasiment!!), alors, oui, c’est bien un loisir… sportif.

D’ailleurs on dit indifféremment « loisir, sport, discipline, activité » quand on parle de plongée…

Donc, il est quoi qu’il en soit,  important d’avoir une bonne condition physique. La profondeur est plus fatigante. Plus on plonge profond, plus l’organisme est soumis à une épreuve. Le froid est aussi un facteur. Plus il fait froid, plus on « pompe » dans nos réserves… Et même en mer chaude, on finit quelquefois  par avoir un peu froid.

Dosez, choisissez!

 

Comment débuter la plongée, avec qui, dans quel cadre?

A l’étranger, lors de vos voyages avec des moniteurs PADI (Professional Association of Diving Instructors)…

En France, avec des moniteurs de la Fédération Française d’Études et de Sports Sous-Marins (FFESSM). Je ne formule aucun jugement. J’ai apprécié les deux façons de pratiquer…

J‘ai fait mes baptêmes à l’étranger, avec PADI. Je me suis formée en France dans un club associatif que j’apprécie affilié à la Fédération.

Je plonge à l’étranger avec mes niveaux fédé, mais les structures locales sont généralement affiliées à PADI.

Je suis heureuse de cette mixité des approches dans mon parcours, même si je me félicite vraiment d’avoir été initiée en France, c’est (plus) strict mais je pense qu’on engrange pas mal (plus?) de connaissances.

A titre d’info sur le site de la Fédé, vous pouvez trouver le club le plus proche de chez vous: rechercheclub.ffessm.fr

 

Préfères- tu plonger en France ou à l’étranger?

C’est une question piège!

Il y a de belles choses à voir partout…

En ce qui me concerne, j’ai un faible pour les mers plus lointaines, plus colorées, plus chaudes, plus éloignées de la civilisation aussi que nos rivages donc plus fournies en variétés d’espèces et de flore rencontrées. Mais c’est un peu une palissade. Il y a de très belles choses à voir vers chez nous aussi!

Allez, loin de moi l’idée d’influencer les débutants, le tout est de tester, en espérant avoir répondu à quelques unes des questions qu’ils se posent…

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *